La sécheresse vaginale est-elle un sujet encore tabou ?

Une véritable révolution ! MonaLisa Touch est un laser indolore et rapide contre la sécheresse vaginale. C‘est sans anesthésie, il faut faire trois séances puis une séance par an et ça marche !

La sécheresse vaginale gêne la femme dans son intimité et dans son bien-être par rapport à sa vie de couple, parce qu’elle n’arrive presque plus à avoir de rapports sexuels, elle est gênée, elle se brûle. Et quand il n’y a plus de plaisir, il n’y a plus de désir.

Le laser MonaLisa Touch permet de stimuler la muqueuse vaginale en recréant du collagène, de l’acide hyaluronique, des cellules qui avaient disparu et des vaisseaux. Et tout ça, ça va relubrifier le vagin. Et surtout en finir avec les douleurs !

Ces séances lasers s’adressent aux femmes ménopausées et aussi à celles qui ont eu des traitements lourds qui ont supprimé l’action des ovaires (radiothérapie, chimiothérapie) en cas de cancer du sein ou d’hépatite C.

« C’est au programme » sur France 2

Léa, 55 ans, était très gênée par la sécheresse vaginale au moment de la ménopause qui touche des millions de femmes.

Léa : « C’est une problématique que les femmes n’osent pas exposer. Je pense qu’il y a un tabou sur ce sujet. J’ai été stupéfaite de voir que dès la première séance de laser, il y avait une amélioration nette. Grâce à cette technique, il est évident que la vie est beaucoup plus douce et que la sphère intime est beaucoup plus confortable dans l’intérêt de la femme, dans l’intérêt du couple. La vie redevient comme avant. »

Valérie, 45 ans, n’est pas ménopausée mais après ses deux grossesses, elle a souffert d’hémorragies à répétition qui ont asséché sa muqueuse vaginale.

Valérie : « J’ai essayé d’utiliser ce qui était présent dans les pharmacies, c’est-à-dire les gels, les ovules qui étaient plus qu’inconfortables et sans avoir vraiment de résultats très intéressants. Le laser, au début j’y suis allée en me disant que de toutes les façons je n’avais rien à perdre, et aujourd’hui c’est comme si j’avais 25 ans et j’avais un vagin qui fonctionnait à merveille. Je n’ai pas besoin d’anticiper, de dire, tiens est-ce que je vais avoir mal, est-ce que je vais avoir une mycose parce que je suis allée à la plage, tout ça, ça n’existe plus. C’est extraordinaire ! »

« Allo Docteurs » sur France 5

Il y a deux ans à la suite d’un cancer du sein, Peggy est mise en ménopause artificielle. Ses traitements ont des effets secondaires, ils entraînent une sécheresse vaginale sévère et particulièrement douloureuse.

Peggy : « Je ne pouvais plus du tout marcher, j’avais des brûlures en urinant et des brûlures pendant les rapports et après je ne pouvais plus du tout avoir de rapports. Je l’ai très mal vécu et, du coup, ça a commencé par jouer sur ma situation de couple et sur ma situation professionnelle, il fallait absolument trouver une solution. »

Les lubrifiants ne la soulagent pas. Peggy décide alors de prendre rendez-vous avec un gynécologue qui utilise le laser pulsé MonaLisa Touch.

Dina a eu un cancer du sein et la chimiothérapie a entraîné une sécheresse vaginale majeure.

« Quand on m’a dit, il y a l’hormonothérapie, il y en a pour cinq ans, je me suis dit, ça y est je vais devenir nonne, autant aller au couvent parce que c’est fini, je mets une croix sur ma vie de femme et sur ma vie de couple. Il y a avait des traitements d’appoint, certains lubrifiants. C’est bien pour l’instant T mais ce n’est pas un traitement de fond. A la fin de la première séance, j’ai commencé déjà à voir du mieux, c’était déjà moins douloureux. Deuxième séance, pareil, troisième, pareil. Et puis au bout de mes trois séances, là plus du tout de problèmes de sécheresse vaginale et tout es redevenu normal. »



Posté le 17 novembre 2017



  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...