Une poitrine pour 24 heures, la nouvelle intervention à la mode aux USA

Ronan Trésorière dans Le Parisien explique que le Dr Norman M. Rowe, chirurgien plastique, fait des injections de sérum physiologique, qui permettent de faire grossir temporairement la poitrine pendant environ 24 heures.

RTL, Les grosses têtes par Laurent Ruquier : L’augmentation mammaire éphémère, la nouvelle intervention à la mode aux USA

A l'origine, ces injections ont été conçues pour montrer aux clientes à quoi leur nouvelle poitrine pourrait ressembler. Mais certaines clientes n'hésitent plus à acheter ce produit comme un traitement à usage unique, l'équivalent du coussinet dans le balconnet d'un soutien-gorge. « Ça fait fureur pour les mariages, pour les fêtes, les bar-mitzvahs et les soirées sur tapis rouge » explique le docteur Rowe.

Suite à la parution de l’article du Parisien, Laurent Ruquier interviewe dans l’émission « Les Grosses Têtes » Tracy Cohen et le Dr. Patrick Baraf de la Clinique des Champs-Elysées sur cette nouvelle technique d’augmentation mammaire.

 

 

L.R : Qu’est-ce qu’on peut désormais avoir juste pour 24 heures si on en croit la presse du jour ?

Chroniqueuse : Des gros seins ! Il y a des femmes qui se font gonfler la poitrine aux Etats-Unis avec du sérum physiologique, ça reste 24 heures. Et ça repart.

L.R : Exactement. Vous aurez une grosse poitrine seulement pendant 24 heures puisque, si j’ai bien compris, au départ, ce sérum était utilisé pour que vous puissiez voir ce que cela allait donner si ensuite vous vous faites opérer. J’ai la directrice de la Clinique des Champs-Elysées, très célèbre ici à Paris, madame Tracy Cohen, vous connaissez évidemment ce sérum. Est-ce que vous, vous l’utilisiez ?

T.C : Non. En France, pour l’instant, ce n’est pas du tout une technique qui est pratiquée.

L.R : Mais vous déclarez ce matin dans Le Parisien « c’est une technique après tout assez intéressante ».

T.C : On est venu m’en parler la semaine dernière. Pour tout vous avouer, moi je n’en avais pas encore vraiment entendu parler par ce qu’il n’y a pour l’instant aucune étude scientifique reconnue là-dessus. Après, sur le principe, j’ai dit que oui, si on pouvait avoir une technique qui permet aux patientes avant de prendre la décision irréversible de se mettre des implants de pouvoir tester une journée, avant de procéder à l’intervention, oui c’est quelque chose que je trouve intéressant.

L.R : Sauf que là maintenant c’est une dérive ! Les femmes dont on nous parle dans Le Parisien se font injecter ce sérum uniquement pour 24 heures, pas pour se faire opérer ensuite.

T.C : Voilà, mais ça c’est le marché des Etats-Unis. On ne peut vraiment pas le comparer au marché français.

Chroniqueur : Et ça coûte combien ?

T.C : Je crois que c’est dans les 2000 euros.

L.R : Madame la directrice, il va falloir vous mettre d’accord avec un de vos chirurgiens plasticiens. J’ai au téléphone monsieur Baraf parce que dans le même article du Parisien, alors que vous, vous dites, alors finalement, ce n’est pas si mal, c’est intéressant, pourquoi pas, lui il dit c’est de l’escroquerie amoureuse. Monsieur Baraf, vous n’êtes pas d’accord avec votre directrice manifestement ?

P.B : Vous savez en France, la chirurgie tente de rester sérieuse et un petit peu conservatrice mais, après tout, pourquoi pas, c’est anecdotique mais c’est faisable.

L.R : Vous êtes contre, vous à priori ?

P.B : Mais tous les chirurgiens vont être contre.

Chroniqueur : Est-ce quand ça se dégonfle, les deux seins se dégonflent en même temps ? Il n’y a pas de risques qu’il y en ait un qui se dégonfle avant l’autre ?

P.B : Ça s’appelle la « Party Breast », c’est-à-dire que ce sont des seins qui sont pour la soirée et ça s’appelle aussi le « Lunch Breast » parce que ça prend le temps du déjeuner pour les faire gonfler mais je vous garantis que ça ne tient pas 24 heures et que ça se dégonfle des deux côtés en même temps.

L.R : Ça veut dire qu’à Paris, on ne peut pas encore le faire madame Cohen, vous nous rassurez là-dessus ?

T.C : Oui, en France pour l’instant, ce n’est pas du tout une technique qui est reconnue et qui est faite d’ailleurs.

L.R : On peut passer, d’après ce que nous dit Le Parisien, d’un bonnet A à un bonnet C juste le temps d’une journée. Mais pour un rendez-vous galant, c’est quand même terrible, parce que vous voyez une jeune femme avec une jolie poitrine, elle vous donne rendez-vous le lendemain...

Chroniqueur : Il faut être à l’heure.

L.R : En même temps, si le type a pris du Viagra pour que ça fonctionne, il faut être super synchro en fait !

P.B : Il y a une chose qui vous intéressera. Vous savez qu’il y a des hommes qui se font gonfler les parties intimes pour la soirée. Alors là, on est très loin d’envisager cette chose en France.

Chroniqueuse : Hé bien, vous avez cinq clients supplémentaires !

 

Posté le 03 septembre 2014

  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...