Les bonnes questions à se poser avant de faire une chirurgie esthétique

Côté santé : Les bonnes questions à se poser avant de faire une chirurgie esthétiqueLe magazine Côté Santé paru en août 2016 a interviewé le Dr Nicolas Mottier, chirurgien plasticien à la Clinique des Champs-Elysées sur les bonnes questions à se poser avant une intervention en chirurgie esthétique.

Quelle importance revêt la première consultation ?

Toute chirurgie esthétique nécessite une consultation préalable. Cet entretien permet d'affiner la demande du patient afin de définir en commun le projet thérapeutique personnalisé qui lui convient. Il s'agit d'un moment d'écoute et d'échange indispensable à une chirurgie réussie.

 

Vous arrive-t-il de dissuader des patientes de se faire opérer ?

Il est parfois nécessaire d'expliquer à certaines patientes que leurs demandes sont déraisonnables par rapport à leur silhouette, leur âge ou leurs antécédents médicaux. Selon le cas, il sera alors proposé soit de surseoir à la chirurgie soit de réaliser un traitement médical plus léger comme des injections d'acide hyaluronique plutôt qu'un lifting pour une patiente de 35 ans par exemple.

Que faire en cas de déception ?

Si l'entretien préalable, voire plusieurs entretiens si nécessaire, a été réalisé, il est exceptionnel que la patiente soit déçue. Néanmoins, il peut arriver que les phénomènes de cicatrisation modifient sensiblement le résultat attendu et qu'une retouche ponctuelle soit nécessaire. Parallèlement, certaines patientes recherchent parfois une perfection, que la nature elle-même ne crée pas, et seront donc difficiles à satisfaire. Pour ces patientes, les explications préopératoires sont particulièrement importantes pour leur éviter une déception malgré des résultats, techniquement excellents.

Quelles sont les bonnes questions à poser ?

En général je conseille à mes patientes de réfléchir aux questions suivantes :

  • S'interroger sur sa motivation, à savoir si elle est vraiment personnelle.
  • Se demander si ses imperfections (perçues ou réelles) occasionnent une gêne quotidienne sociale et/ou personnelle, physique et/ou morale.
  • Se demander si dans le miroir on redoute plus son image actuelle (avec la disgrâce motivant la chirurgie) ou les éventuelles cicatrices liées à l'intervention.

Si vous pouvez répondre oui à ces trois questions, alors vous pouvez envisager de consulter un chirurgien esthétique.





Posté le 04 août 2016



  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...