La greffe de gencive

La greffe gingivale redonne de l'épaisseur et de la hauteur à une gencive affaiblie. Elle renforce le tissu mou qui protège les dents et redonne un joli sourire. Il s’agit d’une opération de chirurgie dentaire à la fois préventive, réparatrice et esthétique.

Les indications de la greffe de gencive

Avant d’envisager une greffe de gencive, le dentiste traite d’abord la cause de la récession gingivale.

Il évalue le degré de rétractation de la gencive et les risques d’évolution. Selon les cas, il peut préconiser :

  • D’utiliser une technique de brossage moins agressive avec une brosse à poil doux.
  • De traiter la gingivite et la parodontite.
  • D’enlever les piercings dans la bouche.
  • De porter une gouttière la nuit pour enrayer les effets du bruxisme.

Une bonne hygiène et un détartrage, couplés à un traitement médical, peuvent suffire pour les cas les moins graves.

Le dentiste recourt à la greffe gingivale lorsque les dents sont menacées de tomber ou que la douleur liée à la mise à nu de la racine dentaire est trop vive.

Cependant lorsque le parodonte est trop sérieusement touché, avec une perte osseuse importante, la greffe de tissu mou seule n'est pas indiquée car la gencive n'aurait pas suffisamment d'os sur lequel s'appuyer.



Prendre rendez-vous en ligne



Le déroulement de l'intervention

La greffe gingivale est effectuée sous anesthésie locale en ambulatoire. Elle dure entre une à trois heures.

L’opération consiste à greffer une fine couche de tissu mou sur la partie manquante de la gencive pour la disposer là où le déchaussement est constaté, afin d’en stopper la progression.

Les objectifs d’une greffe de gencive sont multiples :

  • Recouvrir la racine dénudée pour la protéger contre la carie, l’usure et faire disparaître la sensibilité dentaire.
  • Épaissir la gencive pour prévenir le risque de récidive de rétractation.
  • Créer une nouvelle gencive lorsque la hauteur de gencive est insuffisante.
  • Embellir l’apparence des gencives pour les dents visibles lors du sourire ou de la prise de parole.

L’intervention se déroule en plusieurs étapes

La préparation du site receveur

Le dentiste affine la gencive à l’aide d’un bistouri ou de petites curettes pour la préparer à recevoir le nouveau tissu.

Le prélèvement du greffon

Le palais comprend deux couches tissulaires : l'épithélium en surface et le conjonctif en profondeur.

Selon les cas, le dentiste prélève soit un lambeau de tissu au niveau de la couche épithéliale externe, soit du tissu conjonctif dans la couche sous-épithéliale. Il suture ensuite l'épithélium pour protéger la plaie.

Dans certains cas, le dentiste utilise un substitut de greffon en collagène. Il n’y a alors plus de prélèvement au palais. Il n’est cependant pas possible de traiter tous les patients avec ce type de biomatériau de substitution.

La greffe de gencive

Le dentiste positionne le greffon au niveau de la récession gingivale et le recouvre d'un lambeau de gencive adjacente.

Puis il fait une suture et met un pansement pour protéger la gencive des infections pendant la cicatrisation.

Les suites

Après la greffe gingivale, le dentiste prescrit des antalgiques et/ou des anti-inflammatoires pour éviter l’inconfort et les complications éventuelles.

Le patient peut avoir des ecchymoses et un gonflement de la joue. En cas de léger saignement, il est conseillé pour préserver le greffon de mordre dans une compresse stérile plutôt que de faire un bain de bouche.

Le patient doit éviter de manger et de se brosser les dents du côté de la greffe les premiers jours et utiliser ensuite une brosse à poils doux.

Il faut compter trois à quatre mois pour que la nouvelle gencive soit parfaitement cicatrisée.

Le succès de l’opération peut être compromis par une reprise trop précoce du tabagisme.

Les résultats

Le résultat est visible dès les premières semaines et continue d’évoluer pendant les six à douze mois qui suivent. Les parties dénudées de la gencive se régénèrent et les tissus mous se renforcent.

Il est aujourd'hui possible de recouvrir en totalité 50 à 70 % des récessions. La hauteur moyenne des recouvrements est de 75 %.



  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...