« William à midi » sur C8 : La méthode Artas d’implant capillaire

William Leymergie a abordé dans l’émission « William à midi » sur C8 le 1er octobre 2018 le thème de la chute des cheveux. L’une des solutions présentées est la nouvelle technique du robot Artas avec un reportage réalisé à la Clinique des Champs-Elysées.

Huit Français sur dix déclarent perdre leurs cheveux. Ce pourcentage ne cesse d’ailleurs de grandir. En 25 ans, la part de Français concernés par la chute des cheveux est passée de 44% en 1990 à 76% aujourd’hui. Et cette évolution concerne plus les femmes que les hommes puisque 93% des femmes déclarent perdre leurs cheveux contre 83% des hommes.

On a chacun sur la tête entre 80.000 et 150.000 cheveux. Si vous perdez plus de 50 à 100 cheveux par jour, il faut consulter car il y a une carence à régler. Avec les années, Jérôme constate qu’il de moins en moins de cheveux. A 34 ans, il a décidé d’agir en optant pour la greffe avec le robot Artas. Avant l’intervention, son crâne est entièrement rasé pour bien identifier les cheveux à prélever et les zones à implanter.

Le chirurgien explique que l’on a deux types de cheveux. Ceux qui sont sur le dessus du crâne sont faits pour tomber. Par contre, la nuque est une zone donneuse où les cheveux sont programmés pour ne pas tomber, ne pas être sensibles à l’hormone qui est la testostérone. Ce sont ces cheveux que l’on va récupérer pour les implanter sur le sommet de la tête depuis le vertex jusqu’à l’avant de la ligne frontale.

La greffe de cheveux que Jérôme va subir nécessite une anesthésie locale. Cette méthode est bien connue et a considérablement évolué ces dernières années.

Artas est une greffe capillaire entièrement robotisée. Avant, il y avait une méthode manuelle FUE et une technique dite de la bandelette où on enlevait carrément une bande du cuir chevelu avec les cheveux et qu’on découpait ensuite pour les réimplanter. L’inconvénient, c’est que ça laissait une grande cicatrice et que ça faisait des implants un peu en « champ de poireaux ». Donc c’était très visible. Avec Artas, l’effet est beaucoup plus naturel.

Le robot se positionne par rapport à l’angle des cheveux. Le prélèvement des cheveux dure à peu près trois heures. Jérôme confie sa tête à ce bras articulé capable de prélever jusqu’à quinze greffons par minute, soit deux fois plus que la méthode manuelle. Un gain de temps non négligeable pour la suite des opérations.

Il faut réimplanter les greffons dans les six heures qui suivent parce que sinon ils ont des chances de ne pas être viables et de mourir. On met les petits greffons sur de la glace dans une petite coupelle pour justement leur conserver le plus de vie possible.

Dernière étape : la greffe. Il faudra près de quatre heures pour implanter un à un chacun des 1900 greffons qui repeupleront le crâne de Jérôme. Les cheveux recommencent à pousser au troisième mois et ils poussent de un centimètre par mois à peu près.

Sur la photo du patient avant on voit très bien qu’il y a des zones dépeuplées et sur cette photo, c’est ce que l’on obtiendra après avoir fait la greffe.

Satisfaites de leur journée et pressées de voir leurs résultats, les filles se sont d’ores et déjà promis de revenir à la Clinique.

Une opération dure quatre minimum et peut aller jusqu’à sept heures maximum. Le prix est compris entre 6000 et 9000 Euros pour toute la tête.



Posté le 9 octobre 2018



  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...