En savoir plus sur le lipofilling mammaire

Comment gagner un à deux bonnets de poitrine sans avoir à se faire poser des prothèses ? Dans certains cas, le recours à cette chirurgie mammaire n’est pas indispensable pour obtenir la poitrine de ses rêves. En effet, une solution alternative aux implants existe, et cette solution, c’est le lipofilling mammaire. On prélève de la graisse sur une patiente pour lui réinjecter au niveau de la poitrine.

Lipofilling mammaire : qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ?

Le lipofilling est une intervention de chirurgie esthétique dont le principe repose sur la réinjection de la propre graisse d’une patiente dans ses seins, de manière à en augmenter le volume, et/ou à améliorer l’aspect général de la poitrine.

Cette intervention de lipofilling mammaire est novatrice. En effet, cette pratique a été autorisée en France, par la Société Française de Chirurgie Plastique, en 2011. À l’origine, c’est le docteur Sydney Coleman, à New York, qui souhaitait proposer une alternative à l’acide hyaluronique. Après avoir lancé avec succès le lipofilling, ou lipostructure, pour restaurer les volumes du visage avec de petites doses de graisse analogue, le Dr. Coleman a commencé, à partir de 1995, à appliquer la lipofilling pour augmenter le volume des seins. Plus de vingt ans après, la technique a progressé vers des procédures plus douces et plus performantes pour le patient.

Ainsi, cette augmentation mammaire par injections de graisse peut être utilisée dès la fin du développement mammaire chez la femme. Le lipofilling permet d’obtenir des résultats naturels sans produit extérieur à l’organisme de la patiente, qu’il s’agisse d’acide hyaluronique ou de prothèses mammaires.

L’intérêt de réinjecter des faibles quantités de graisse analogue (en d’autres termes, de la graisse provenant de la patiente souhaitant réaliser l’intervention de lipostructure mammaire) dans la poitrine d’une patiente, et de pouvoir écarter tout risque que le projet soit rejeté par l’organisme.

La méthode utilisée pour réaliser une augmentation de la taille des seins par lipofilling mammaire est la suivante :

  • On prélève de la graisse sur la patiente, selon la zone du corps qui présente des amas graisseux. Ces zones peuvent être l’abdomen, les genoux, ou encore les cuisses de la patiente. Ce prélèvement est réalisé sur le principe de la liposuccion : aspirer de la graisse à l’aide d’une canule reliée à une machine aspirante.
  • Là où l’intervention va différer d’une simple lipoaspiration, c’est que la graisse aspirée doit servir à être réinjectée dans une zone où la patiente a besoin de restaurer ou de gonfler un volume. Et pour réinjecter de la graisse, il faut la traiter. La graisse va alors être nettoyée, puis passée dans un tamis pour écarter les cellules les plus fibreuses de la graisse aspirée. L’objectif est d’obtenir une graisse plus fine, plus qualitative. On recherche une graisse fluide, car lors de la réinjection, le praticien pourra obtenir des résultats plus précis, de manière à obtenir un résultat optimal, et satisfaire au maximum les désirs de la patiente souhaitant obtenir un résultat naturel, durable, et harmonieux d’augmentation mammaire. Avec des cellules graisseuses plus fines, la greffe pourra prendre plus facilement dans la poitrine de la patiente.

À qui s’adresse le lipofilling mammaire ?

Le lipofilling mammaire est destiné aux patientes qui ont une légère hypotrophie mammaire et qui souhaitent :

  • Amplifier le volume de la poitrine de façon modérée, afin de gagner un ou deux bonnets maximum.
  • Bomber les pôles supérieurs des seins pour améliorer l'effet visuel du décolleté.

Le lipofilling mammaire n’est pas uniquement destiné aux patientes souhaitant augmenter le volume de la poitrine. En effet, au-delà d’une alternative plus naturelle aux prothèses mammaires, l’injection de graisse peut répondre à d’autres problématiques concernant l’apparence de la poitrine. La graisse analogue peut également être utilisée comme un produit de comblement pour :

  • Dissimuler des côtes trop apparentes au-delà de la base des seins, ce que ne peut pas faire un implant.
  • Corriger certains défauts dus aux implants en évitant de les changer, par exemple si les prothèses sont visibles sous la peau ou qu’elles font un effet de vagues.

L’injection de graisse va également avoir un effet positif sur la tonicité de la peau, et peut se présenter comme une alternative pertinente à un lifting. Le lipofilling peut :

  • Réduire la ptôse au niveau du sillon mammaire, lorsque les seins sont légèrement moins tendus mais encore fermes. Le lipofilling permet ainsi de gagner un peu de tonicité.
  • Redonner fermeté et élasticité aux seins.
  • Lisser un décolleté fripé, y compris devant le sternum.

Contre-indications à l’augmentation mammaire par lipofilling

  • Le lipofilling mammaire n’est pas envisageable si la patiente souhaite une augmentation mammaire importante. L’injection de graisse ne pourra faire gagner qu’une à deux tailles de bonnet.
  • Une mauvaise qualité de la peau dans les zones où la graisse est injectée peut limiter les possibilités de prélèvement (vagues, aspect peau d’orange).
  • La patiente doit disposer de réserves de graisse suffisantes. Les patientes très minces devront recourir aux implants, ou associer implants et injections.
  • Les dernières recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) ne posent plus de limite à 35 ans pour le lipofilling mammaire. Par principe de précaution, on évitera toutefois l’intervention chez la femme qui a des antécédents familiaux de cancer du sein ou de l’ovaire.

Comment se déroule l’intervention de lipofilling mammaire ?

La consultation pré-opératoire est la première pierre de l’intervention. Le praticien interroge la candidate à un lipofilling sur ses antécédents de cancer du sein. Il va prendre les informations nécessaires sur la poitrine de la patiente, et en savoir plus sur ses besoins, ses problématiques et sa consommation de tabac.

Il est essentiel de bien cerner les motivations de la patiente à augmenter le volume de ses seins. Cette consultation sera nécessaire pour proposer le traitement qui conviendra le mieux aux aspirations de la patiente, et convenir du résultat qui correspondra à ses attentes. Le chirurgien pourra ainsi déterminer si la pose d’implants ne sera pas mieux indiquée pour satisfaire les désirs d’augmentation mammaire de la patiente. Il faut parfois raisonner la personne qui souhaite des seins trop gros qui ne seront pas adaptés à sa morphologie.

Le praticien effectuera également un examen clinique des seins et de la silhouette de la patiente, afin d’évaluer les quantités de graisse présentes dans l’organisme, et déterminer ainsi la faisabilité d’un lipofilling mammaire.

Le chirurgien esthétique informe également du positionnement des cicatrices, des modalités et des limites de l’intervention, des suites opératoires ainsi que des principaux risques, de manière à ce que la patiente puisse avoir connaissance de tous les paramètres de l’intervention, et prendre sa décision de recourir au lipofilling mammaire d’une manière éclairée.

L'intervention de lipofilling mammaire se fait sous anesthésie générale en ambulatoire et dure entre une et deux heures.

En fin d'intervention, le chirurgien referme les incisions avec du fil résorbable et pose un pansement et un soutien-gorge de contention.

Il apparaîtra un léger oedème au niveau de la zone traitée, ainsi que des ecchymoses (bleus), qui se résorbent après quelques semaines. Il est conseillé de prendre du repos pendant quatre à sept jours. La reprise du sport pourra être effective après un mois.

Concernant les douleurs, elles vont varier en fonction des patientes et de la graisse aspirée. Ces douleurs sont généralement comparables à des courbatures, et plus importantes au niveau des zones de lipoaspiration, que sur les seins. Par ailleurs ces douleurs sont bien contenues par la prise d’antalgiques.

Dès le lendemain de l’intervention de lipofilling mammaire, il est possible de prendre une douche avec un savon doux. Concernant les suites opératoires, trois mesures sont instaurées pour prévenir le risque de survenue d’une phlébite.

  • Le lever et la marche
  • Le port de bas de contention
  • L’injection d’un anticoagulant, tous les jours pendant 15 jours, de manière à fluidifer le sang.

Il est obligatoire de porter un vêtement de contention pendant 1 mois, afin de réduire l’oedème et favoriser une meilleure rétraction de la peau sur les zones ayant subi une liposuccion.

La reprise des activités quotidiennes est possible dès le lendemain de l’intervention.

La reprise du travail est envisageable au bout de quelques jours.

La reprise des activités sportives est autorisée 4 semaines après l’intervention.

Vous souhaitez gagner un ou deux bonnets ?

Vous souhaitez bénéficier d’une intervention de lipofilling mammaire et vous assurer, avant de prendre toute décision, que c’est bien l’intervention la mieux adaptée à vos besoins et problématiques ? N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour un lipofilling mammaire à Paris avec la Clinique des Champs-Elysées, via le formulaire de contact ci-dessous. Vous pouvez également nous joindre par téléphone.



Vous pourriez aussi être intéressé par

  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...