C’est ma vie sur M6 : Quand Complexes et vie de famille ne font pas bon ménage

A 22 ans, Alison est complexée par sa petite poitrine depuis qu’elle est adolescente mais c’est récemment que les choses se sont vraiment aggravées. Elle a eu un petit garçon Kelio aujourd’hui âgé de trois ans. Après l’avoir allaité, Alison a vu sa poitrine totalement fondre depuis un an. C’est depuis ce moment que le problème pour elle est devenu insurmontable : « Je suis complexée par ma poitrine. Ce n’est pas que j’ai des petits seins, c’est que je n’ai pas de seins. »

 

 

Faire sa toilette le matin est une épreuve redoutable pour Alison parce qu’elle va se retrouver confrontée inévitablement à la partie de son corps qu’elle déteste le plus, sa poitrine. Elle la trouve trop petite, voire inexistante. Au moment de prendre sa douche, pas question pour Paulo, son compagnon, de rentrer dans la salle de bain à ce moment-là.

Au quotidien, Alison vit ce manque comme une douleur insupportable : « J’ai peur que Paulo soit choqué. Ça me fait mal de me dire que je n’ai pas de seins, que je ne suis pas une femme, alors que j’ai donné naissance à mon enfant, tout ce qu’une femme peut faire, mais j’en arrive à me dire que si j’ai le sexe d’une femme mais que je ne me sens pas femme, pourquoi je suis là ? »

Comme tous les jours, c’est en cachette de son compagnon qu’Alison va s’habiller en commençant immédiatement par remettre en place tout l’attirail qui lui permet de simuler une poitrine suffisamment rebondie. Autrement dit, deux soutiens-gorges placés l’un sur l’autre qui seront ensuite rembourrés avec des coques en silicone ou avec des chaussettes.

Paulo a beau tenter de la raisonner, chaque fois qu’il aborde le sujet, cela finit toujours dans les cris et les larmes : « Elle est intelligente, elle est agréable, c’est une fille qui aime sourire, c’est une fille qui aime s’amuser. Et à cause d’une poitrine, elle se pourrit la vie. » 

Alison est parvenue à convaincre son compagnon que seules des prothèses mammaires pourraient vaincre son complexe. Elle a donc pris un rendez-vous avec un chirurgien à Paris et l’opération est déjà programmée pour dans trois jours.

Le jour de l’intervention, Paulo son compagnon et son fils Kelio accompagnent Alison à la Clinique des Champs-Elysées. Après la visite du chirurgien qui fait les dessins pré-opératoires, il est temps d’aller au bloc. Dans moins d’une heure, le complexe qui rend la vie d’Alison insupportable depuis une éternité aura disparu. Mais cela, elle ne le réalise pas vraiment. Pour l’instant, elle est juste un peu stressée par ce qu’il va se passer : « J’avais trop peur. C’est là que j’ai réalisé les risques qu’il y avait mais je ne pouvais plus reculer. »

L’opération débute. Alison va avoir droit à des prothèses qui lui permettront désormais de faire du 90C. Le lendemain matin, elle découvre sa nouvelle poitrine. Le chirurgien va contrôler l’état de ses seins et va devoir enlever les pansements pour cela. Mais difficile pour Alison de juger du résultat en restant allongée. Elle va donc se mettre debout pour se regarder dans la glace. Alison est ravie : « C’est trop beau, je suis fière de mes seins ! Ça faisait tellement longtemps que ne j’avais pas regardé mes seins dans un miroir, ça m’a enlevé un poids et j’en ai le sourire, ça m’a fait du bien. Ils sont magnifiques, je suis fière de mes seins. » C'est une nouvelle qui commence pour elle et son compagnon.

 

Posté le 28 novembre 2013

 

  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...