Le détatouage : Une demande en forte hausse

Le détatouage : Une demande en forte hausseLe tatouage est une pratique qui s’est démocratisée depuis plusieurs années déjà. Cependant, l’explosion du nombre de tatouages va de pair avec l’augmentation des regrets éprouvés. D’après un sondage récent, environ 19% des personnes tatouées ont déjà pensé à faire effacer leur tatouage.

En décembre 2014, le fabricant d’appareils médicaux esthétiques Syneron Candela a voulu en savoir plus et a mené un sondage en ligne auprès de 30 697 adultes aux Etats-Unis.

Qui fait un tatouage ?

Parmi les personnes interrogées, 14,7% ont déclaré avoir au moins un tatouage. 14% des hommes possédaient un tatouage, contre 15% des femmes. Les proportions des hommes et femmes déclarant posséder plusieurs tatouages étaient similaires - respectivement 7% et 8%.

Sur le plan démographique, la popularité des tatouages culmine chez les patients de moins de 44 ans. Le pourcentage de femmes ayant déclaré avoir au moins un tatouage parmi le groupe d’âge 18-24, 25-34, 35-44 était respectivement de 27%, 32% et 26%, contre 20% chez les hommes de ces groupes d’âge.

Quelles couleurs ?

Le noir - déclaré par 64% des personnes interrogées - s’est classé comme étant la couleur de loin la plus répandue. Les couleurs qui viennent ensuite - rouge, bleu et vert - ornent respectivement 33%, 31% et 30% des personnes sondées.

Qui a des regrets ?

Les hommes ont fait part de plus de regrets que les femmes, à la fois quantitativement et qualitativement. La plupart ont découvert qu’avec l’âge, ces ornements étaient de moins en moins de circonstance. 21,3% des hommes avaient envisagé le détatouage, dont 11,6% déclarant y penser constamment. Pour les femmes, les chiffres correspondants étaient respectivement de 16,6% et 5,4%. Le pourcentage plus élevé d’homme pourrait s’expliquer par leur tendance à être plus extravertis, avec 23% de leurs tatouages se plaçant sur des endroits visibles comme le bras tandis que seuls 13% des femmes choisissent de se faire des tatouages ouvertement ostensibles.

Quelles sont les motivations ?

La plupart des personnes (51%) ont déclaré que leur tatouage ne leur plaisait plus. La deuxième raison la plus courante pour envisager un détatouage était que le sondé trouvait qu’il avait mal vieilli (18%), suivie par la pression sociale, la pression familiale, les règles sur le lieu de travail, et les difficultés à trouver du travail (toutes choisies par 6% à 8% des personnes interrogées). La seule variable démographique qui a révélé une différence notable entre les hommes et les femmes était la parentalité. 25,6% des pères interrogés souhaitaient faire effacer leur tatouage, contre seulement 10,7% des mères.

Quelle méthode choisir ?

Les priorités des personnes interrogées sur la technique à choisir étaient les suivantes : le prix (29%), la sécurité (23%), une efficacité d’au moins 70% (21%), la douleur (12,4%), moins de sessions de traitement (7,4%).

Le nouveau laser PicoWay qui permet d’effacer rapidement les tatouages multicolores et même résistants sur tous les types de peau, répond donc à un vrai besoin. Savoir que l’on peut effacer son tatouage en cinq à six séances sur une durée de trois à quatre mois plutôt qu’en quinze sessions ou plus, étalées sur un à deux ans avec le laser Q-Switched, présente le détatouage comme une alternative réaliste pour de nombreuses personnes qui n’auraient pas pris cette option en compte auparavant.



Posté le 05 mai 2017



  • Nous contacter
(* Tous les champs sont obligatoires )
Civilité
Abonnement newsletter
 
chargement...