Contenu

Il est désormais prouvé que la peau constitue un capital qu’il faut savoir préserver tout au long de la vie, tant ses fonctions physiologiques sont importantes : elle protège et participe activement à la thermorégulation. C’est pourquoi la médecine esthétique dépasse le stade de la simple beauté : faire un régime pour préserver son foie, ce n’est pas fait pour le rendre beau, c’est fait pour le garder sain. C’est pareil pour la peau.

C’est pourquoi la médecine esthétique doit se voir de plus en plus comme une médecine préventive, anti-âge ou morphologue.

Garder sa peau jeune, ce n’est pas seulement la garder belle : c’est la garder fonctionnelle.

Comment garder une peau belle et saine en préservant le capital jeunesse ?

Titre

Retrouver une peau saine

Contenu

Comme tout organe, la peau est soumise aux aléas de la vie, d’autant que cet organe est particulièrement exposé.

Ces anomalies sont le plus souvent imprévisibles : il est difficile de les prévenir.

En revanche, il est nécessaire de les traiter pour éviter qu’elles n’altèrent le fonctionnement normal et ne créent un déséquilibre.

Acné : le danger des cicatrices

L’acné est une affection de la peau, très fréquente à l’adolescence, mais qu’on rencontre aussi chez les adultes, notamment au cours de la ménopause chez les femmes. Les boutons d’acné peuvent altérer profondément une peau en donnant des cicatrices pigmentées ou des cicatrices atrophiques en cratères. Non seulement, cet aspect vérolé est disgracieux, mais la peau perd une partie de ses propriétés, la rendant moins performante et plus fragile.

La médecine esthétique propose différentes solutions pour traiter l’acné ou ses complications :

Cicatrices et vergetures : un tissu « mort »

Cicatrices et vergetures correspondent aux mêmes mécanismes, à savoir une blessure profonde du derme avec une réparation trop rapide et trop imprécise par des fibrocytes. Au lieu de redonner des fibres de qualité (collagène, élastine, réticuline), ils fournissent une structure fibreuse et grossière qui peut persister.

On peut considérer une cicatrice fibreuse comme un tissu « mort », expliquant l’intérêt médical à l’estomper, pour remodeler le derme avec un tissu vivant et de qualité.

Le but va être d’induire cette rejuvénation dermique :

Troubles pigmentaires et vasculaires : un métabolisme altéré

Les dépots de pigments (cicatrices pigmentées) ou les troubles vasculaires (couperose, érythrose…) altèrent le métabolisme tissulaire et le bon fonctionnement des tissus.

Il est donc conseillé de les traiter (laser pigmentaire, laser vasculaire, Thermovein ®…).

Titre

Prévenir le vieillissement cutané

Contenu

La physiopathologie du vieillissement de la peau a conduit à des développements majeurs ces dernières années en cosmétologie anti-âge (ZO® Skin Health ou Universkin) ou en médecine préventive anti-âge.

Hydrater la peau

Il n’y a pas de vie sans eau, c’est pourquoi l’hydratation de la peau est importante. Mais cette hydratation doit se faire en profondeur, dans le derme, la partie vascularisée, celle de l’épiderme jouant en réalité à la marge.

Le meilleur moyen d’hydrater l’épiderme est de prévenir la perte d’acide hyaluronique, d’où l’intérêt de certaines techniques en prévention :

  • injection d’acide hyaluronique fluide type Skinbooster pour napper le derme.
  • mésothérapie antiâge avec un acide hyaluronique non réticulé.

Stimuler les cellules de la peau

La plupart des techniques actuelles de médecine esthétique utilisent les propriétés naturelles de la peau pour la laisser se régénérer : inducteur tissulaire, PRP, radiofréquence, ultrasons…

Cela prouve que la nature est bien faite et qu’il faut tout faire pour empêcher les fibroblastes de se mettre au repos. Ils évoluent ensuite en fibrocytes quasiment non fonctionnels.

Il existe des méthodes simples pour stimuler les cellules dermiques, comme l’acide hyaluronique (à effet trophique), les LEDs médicales (photostimulation), la miltathérapie ou encore la lumière pulsée IPL.

Comme tout organe, la peau a besoin d’être entraînée.

Protéger son épiderme

Bien protéger la peau, c’est éviter l’effet délétère des UV sur les radicaux libres ou la photopigmentation. Il convient aussi de l’exfolier régulièrement pour la purifier et éliminer les impuretés plus ou moins toxiques, ce que permet par exemple un banal peeling superficiel.

Restaurer les premières lésions

Il est conseillé de traiter rapidement les petites imperfections liées à l’âge car le vieillissement du visage est un processus dynamique, où toute lésion peut aggraver le reste, précipitant les effets néfastes.

En créant une dépression, un sillon naso génien ou une vallée des larmes peuvent ainsi précipiter une ptose malaire (affaissement de l’ovale du visage) ou une chute du sourcil (vieillissement du regard), dans un vrai cercle vicieux qu’il est ensuite plus compliqué de traiter.

Corriger les imperfections rapidement est la meilleure prévention pour garder sa belle peau et préserver son capital cutané.

C’est facile grâce aux injections anti-rides.